Introduction

Des Semaines grégoriennes aux Semaine de Musique et de Liturgie

Les changements de noms des Semaines romandes attestent les transformations opérées depuis leur fondation par Pierre Carraz.

Les Semaines grégoriennes avaient pour seul objectif le chant grégorien. Les répétitions consacrées aux formes ultérieures de la musique étaient considérées comme des « récréations polyphoniques » . Les Semaines romandes de musique sacrée ont investi les autres répertoires traditionnels de la liturgie, notamment la polyphonie.

Les Semaines romandes de musique liturgique ont conservé au chant et à la musique le premier rôle mais leur intégration à la célébration a amené naturellement l’ouverture à d’autres aspect comme la proclamation de la parole, les arts du mouvement, les aspects visuels de la liturgie, l’histoire des symboles et leur signification.

Les Semaines romandes de musique et de liturgie, selon l’appellation de 1994, disent bien que si la musique reste première, les autres aspects sont officiellement pris en compte.

Le grégorien n’a jamais été abandonné à la Semaine de St-Maurice. Chaque année, il a figuré dans la liste des cours et dans les programmes musicaux. Pendant un certain nombre d’années, ces cours attiraient surtout des personnes ayant chanté régulièrement du grégorien. Aujourd’hui, les qualités propres de cette expression musicale, l’atmosphère recueillie qu’elle favorise attirent des chanteurs qui ne l’ont jamais pratiquée.

Lire la suite >>